4 avril 2022

Retour sur le lancement de la politique MADA

Le 23 Mars 2022, une trentaine de citoyens de Petit-Saguenay se sont réunis dans notre belle église décorée de marguerites pour assister au lancement de la politique MADA (Municipalité Amie Des Aînés). Cette après-midi, coupée par une pause café et galettes au sucre, se déroulait en deux temps :

  1. La présentation de la politique MADA (plan d’action, projets en cours et ressources)
  2. Un atelier de réflexion sur la transition socio-écologique

Présentation de la politique

La politique MADA est le premier mandat de Corinne Asselin, directrice de développement à la municipalité, lors de son arrivée début 2021. Avec son aide, toute l’équipe du comité MADA s’est mobilisée durant la pandémie pour appeler les aînés de Petit-Saguenay et ainsi établir un portrait de leurs besoins, qui donnèrent naissance à un plan d’action concret. 

La présentation de la politique fut orchestrée de manière très dynamique. Une dizaine d’intervenants ont pris la parole à tour de rôle pour présenter les grandes lignes de la politique, les actions qui seront mises en place pour la faire vivre, les projets déjà en cours à la municipalité et les nouvelles personnes ressources. 

Lors de l’introduction, nous retenons que selon les informations récoltées, 100% des personnes âgées «aiment» vivre à Petit-Saguenay. Le grand nombre d’activités de loisirs qui leur sont offertes n’y est pas pour rien. Ils n’ont pas le temps de s’ennuyer ! Ensuite, les orientations retenues par le comité pour le plan d’action (sécurité et transport, espace public et accessibilité aux bâtiments, habitat et milieu de vie, soutien communautaire et services de santé, participation citoyenne, participation sociale et inclusion, communication et information, loisirs et divertissements) ont été passées en revue en les illustrant par un exemple d’action concrète.

Enfin, les participants au lancement de la politique ont tenu à souligner le travail réalisé par l’équipe de Philôme La France, maire de Petit-Saguenay, lorsqu’il eut fini de lister tous les projets en cours de planification, d’exécution ou pour lesquels la municipalité a reçu un financement. Nous pouvons par exemple nommer le retour de Marguerite pour une dernière édition cet été, les rénovations du sous-sol de l’église, l’embellissement de la bibliothèque municipale, le réaménagement du cœur du village, le renforcement de la sécurité routière, le projet de logements locatifs et bien d’autres. 

Atelier de réflexion sur la transition socio-écologique

Dans la seconde partie de l’après-midi, les citoyens présents étaient invités à participer à un petit atelier pour entreprendre l’action 5.3.1 de la politique :

Tenir une réflexion sur les différents moyens de mobiliser les personnes aînées dans le cadre de l’élaboration de la Politique de participation citoyenne et de de développement durable

La vingtaine de participants ont été répartis en 5 tables de discussion et ainsi faciliter les échanges en plus petits groupes. En vue de l’intitulé de l’action, l’atelier était donc naturellement composé de deux exercices : un sur la participation citoyenne et un sur la transition socio-écologique. Cette animation s’intègre à la démarche de consultation «Créer le Petit-Saguenay de nos rêves» menée par Juliette Charpentier, stagiaire à la municipalité, durant tout le printemps.

Exercice 1

En général, dans n’importe quelle communauté, c’est environ 10% des personnes qui se mobilisent. À Petit-Saguenay, il y a entre 300 et 400 aînés. Nous pouvions donc nous attendre à recevoir entre 30 et 40 personnes. Ce fut presque le cas. Cependant, pour la revitalisation et le dynamisme du village, le fort tissu citoyen est beaucoup plus important que dans une grande ville par exemple. Ainsi, pour le premier exercice, les participants ont dû se pencher sur deux questions : 

  • Pourquoi certaines personnes invitées ne sont pas venues aujourd’hui ?
  • Qu’aurions-nous pu mettre en place pour qu’ils ou elles soient avec nous aujourd’hui ? Qu’auriez-vous pu faire de votre côté ?

Vous trouverez une brève analyse des résultats dans la première partie de l’illustration ci-dessous. Il est important de noter que les citoyens présents ont défendu la participation citoyenne comme un processus avant tout volontaire. En effet, nous ne pouvons obliger personne à participer. Chacun doit venir selon son bon vouloir et ses capacités. Cependant, la majorité est convaincue que la participation à des consultations sous forme d’ateliers comme celui-ci ou de jasettes autour d’un café pourraient donner goût à plus de citoyens d’échanger sur un sujet soulevé par la municipalité. L’ensemble de ces réponses vont alimenter la politique de participation citoyenne en cours d’écriture, dans laquelle, la voix des aînés sera alors prise en compte. 

Exercice 2

Pour ce dernier exercice, on aurait pu se focaliser sur les trois dimensions connues du développement durable que sont l’économie, l’écologie et le social. Cependant, l’équipe municipale actuelle souhaite s’inscrire dans une démarche de transition socio-écologique régionale. La transition socio-écologique c’est quoi ? C’est un virage qu’une part de la société aimerait prendre pour s’assurer de respecter les droits et le bien-être de chaque être humain sur terre tout en agissant sans dépasser les limites imposées par notre planète. Au-delà du développement durable, la transition socio-écologique remet en question les fondements de nos systèmes économiques, politiques, de gouvernance ou encore de consommation. 

Certaines thématiques de la transition ont déjà été abordées dans la politique MADA (nos personnes aînées, mobilité, logement, santé collective, notre pouvoir d’agir collectif, etc.). Il fallait donc réfléchir à d’autres thématiques. Ainsi, chaque groupe devait lancer un gros dés sur lequel il y avait 6 autres thématiques de la transition : la nature, l’économie, le lien au monde, la consommation, l’alimentation et l’art et la culture. Une fois le dé lancé, le groupe devait alors se concerter pour établir ensemble une définition commune, un rêve et des actions concrètes à mettre en place concernant leur thématique. Les résultats sont retranscrits dans la deuxième partie de l’illustration ci-dessous. 

Finalement, au-delà d’une simple présentation magistrale, le lancement de cette politique MADA fut l’occasion pour chacun de mettre les mains à la pâte. Ce fut l’occasion d’amorcer une des actions en s’exprimant sur des sujets comme la participation ou la transition socio-écologique pour s’assurer que la voix des aînés soit prise en compte dans l’élaboration des futures politiques municipales. Bien qu’un peu longue, cette après-midi fut l’occasion pour beaucoup de tester une nouvelle forme de participation. L’ensemble des participants étaient satisfaits de leur rencontre. Quelques aîné.e.s ont même demandé à ce que ce genre d’atelier d’une ou deux heures seulement soit réitéré un autre jour pour aborder les autres sujets de la transition ! Merci à tous les intervenants et participants.