30 novembre 2022

L’écoquartier participatif de Petit-Saguenay prend forme

À la fin de l’année 2020, l’idée d’un projet d’écoquartier à fait surface au sein de la municipalité, inspirée par les initiatives de développement domiciliaire de la municipalité de Saint-Camille, en Estrie. Afin de coordonner la démarche de création d’un écoquartier participatif, un chargé de projet, Louis Breton, a été embauché en 2021. De plus, un comité de pilotage (COPIL) se réunit ponctuellement afin d’épauler le travail des personnes impliquées. Il est constitué de deux futur(e)s résident(e)s en alternance, du maire et deux conseiller(e)s municipaux, de représentant(e)s de l’administration municipale ainsi que deux citoyen(ne)s de Petit-Saguenay. Une Assemblée de futur(e)s résident(e)s (AFR) a été formée avec les personnes intéressés par la démarche qui a été publicisée sur les plateformes numériques municipales. Elle est aujourd’hui composée de six ménages. 

La première année de travaux s’est centrée sur l’élaboration d’un plan d’aménagement d’ensemble avec l’accompagnement de professionnels en urbanisme et en architecture avec les firmes APUR et Microclimat. En septembre dernier, la dernière version du plan d’urbanisme a été remise au groupe des futur(e)s résident(e)s. Ce plan était le résultat de l’agrégation des différents souhaits exprimés au travers les rencontres. Vous pouvez consulter le document final référencé ci-dessous, qui présente le contexte d’implantation et plus de détails sur la démarche d’urbanisme participatif. 

L’AFR a également consacré une grande partie de la réflexion au mode d’organisation et au processus de prise de décision, à l’intention de la communauté et à la planification financière du projet et ses infrastructures.

De plus, les critères pour le Plan d’Implantation et d’Intégration Architecturale (PIIA) ont été choisis après de nombreuses réunions et aller-retour avec les architectes de Microclimat. Le règlement final du PIIA devrait être formalisé en règlement municipal au courant de la prochaine année. 

L’aménagement proposé par le groupe minimise les surfaces de circulation et de stationnement qui seront  réalisées avec des matériaux permettant la perméabilité et la stabilité des sols. Les espaces boisés seront préservés au maximum et intégrés aux espaces communs dans le but de minimiser l’empreinte écologique. Au niveau du bâtiment, l’ensemble des caractéristiques de construction devra s’insérer dans le paysage naturel afin d’assurer la préservation des caractéristiques naturelles du site et l’intégrité environnementale.

Intégrer la vision des futur(es) résident(es) dans l’aménagement d’un milieu de vie

Le succès de ce projet alternatif de développement immobilier repose grandement sur la participation de ses futur(e)s résident(e)s. En effet, la mise en place d’un milieu de vie doit se faire en réponse aux besoins exprimés par celles et ceux qui y feront leur lieu de résidence. Puisque ce n’est pas un projet de développement domiciliaire conventionnel, il requiert un effort de réflexion et d’innovation plus important. Le but est de travailler à repenser la façon dont on crée de nouveaux quartiers résidentiels en tenant compte des enjeux sociaux et environnementaux de notre époque. Il était donc important d’intégrer activement les futur(e)s résident(e)s dans les démarches de conception pour mettre à profit l’intelligence collective d’une diversité d’acteurs.

Depuis le démarrage du projet, plusieurs exercices participatifs ont eu lieu, en visioconférence ainsi que sur place, à Petit-Saguenay.

Le groupe réunissant membres du conseil municipal, professionnels et personnes intéressées à s'établir à Petit-Saguenay sur le site de l'écoquartier

Un atelier de co-conception ainsi qu’une visite du site, accompagné des professionnels (urbanisme et architecture), ont eu lieu en octobre 2021 et ont mené à plusieurs échanges constructifs. Confrontés aux défis, aux contraintes et aux opportunités d’aménagement, les membres ont pu s’approprier les réalités de conception et de design d’un quartier. En sont ressortis, des concepts préliminaires qui auront été la base d’inspiration du concept final retenu. De plus, ce fut l’occasion pour le groupe d’apprendre à mieux se connaître, et d’échanger en contexte informel.

La journée de travail a eu lieu à l'École du Vallon de Petit-Saguenay
Une équipe en compagnie de l'architecte Guillaume Marcoux
Une rencontre au chalet de la bleuetière de Petit-Saguenay

À la suite d’une pause d’été et l’embauche d’un nouveau chargé de projet, Théo Petitjean, l’automne a servi à reprendre contact avec les futurs résidents et planifier l’échéancier de la prochaine année pour la réalisation des plans élaborés collectivement. Le choix de l’entité légale est le prochain enjeu majeur que le groupe aura à aborder. Ce choix permettra de mieux définir le statut juridique ainsi que le mode de gestion de l’écoquartier. En fonction de l’entité choisie, le projet pourrait être éligible à certaines subventions de la part d’organisations (fédérales, municipales ou privés). 

En ce qui concerne le recrutement, il a été décidé d’un commun accord qu’aucune campagne ne sera publicisée tant que l’entité légale et le lotissement ne sera pas réglé. D’ici là, les personnes intéressées par le projet peuvent contacter Théo Petitjean pour de plus amples informations.

Théo Petitjean

Chargé de projet

Récemment arrivée au sein de l'équipe municipale, Théo est en charge du projet d'écoquartier.

Une entrevue est habituellement réalisée dans un premier temps afin de mieux connaître la personne intéressée et l’informer de l’avancement du projet. Celle-ci est suivie d’une période d’observation lors des rencontres de l’assemblée et des comités des futur(e)s résident(e)s. À la suite de cette période d’initiation, l’observateur-rice pourra décider s’il-elle souhaite continuer ou non, l’aventure en tant que nouveau membre du groupe. Un calendrier de rencontres est prévu pour poursuivre le travail afin de mener à bien ce projet novateur.  

L’élaboration du projet n’aurait pas pu voir le jour sans la subvention du Programme d’aide financière pour la planification de milieux de vie durables du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Ce programme s’inscrit dans le cadre du Plan d’action 2013-2022 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec.

x